BEL EXEMPLE D'ENGAGEMENT ÉTHIQUE DANS LES YVELINES

Publié le par ANTICOR 78

(par équipe anticor : article mis en ligne le 24/06/11 sur le site national d'Anticor)

Les membres d’Europe Écologie-Les Verts des Yvelines ont tenu leur assemblée générale annuelle samedi 18 juin. Avec 21 cosignataires, Franck Barraud, militant Anticor de longue date et Maire-adjoint de Conflans-Sainte-Honorine, a proposé aux votes des militants une motion qui innove radicalement en matière d’éthique politique.

Il s’agit en effet de ne plus se contenter d’exiger une exemplarité pour les seuls candidats d’EELV 78, mais d’imposer des exigences marquées en matière d’éthique de la part de tout partenaire électoral à toute élection, que ce soit pour un soutien au premier ou au second tour, ou pour la participation ou le soutien à une liste de candidats pour les scrutins de liste. Ces exigences – arbitrées par leur Conseil politique départemental – concernent les cumuls des mandats dans le temps ou l’espace, et les conflits d’intérêts potentiels autant professionnels qu’associatifs des candidats. De plus, le refus de soutenir tout candidat ayant été condamné définitivement pour des délits ayant trait à la gestion de l’argent public y est clairement affirmé.

Cette motion, que vous pouvez lire intégralement avec ses motivations, a été votée après débat par 65 % des votants, 24 % s’y opposant (11 % de blancs et abstentions). Elle engage donc EELV pour les prochaines élections dans les Yvelines, quels que soient les grincements de dents probables de certains de leurs partenaires habituels. Nous tenions donc à saluer cette première courageuse, qui va résolument dans le sens qu’Anticor préconise depuis des années ! Nous espérons vivement que cette motion pourra servir d’exemple à tous nos adhérents, investis dans les différents partis politiques républicains, afin qu’ils la proposent aux votes dans leurs propres instances avec conviction !

Il est à noter que les opposants à cette motion, lors de cette assemblée générale, ont argué du fait qu’il faut toujours accorder une « deuxième chance » à toute personne qui a été condamnée. Cet argument de la « deuxième chance » est régulièrement opposé à la revendication d’Anticor – soutenue par des citoyens de plus en plus nombreux – de faire de l’absence de ce type de condamnation une clause d’éligibilité pour tout candidat. Mais Anticor n’a rien contre le fait d’accorder une « deuxième chance » à tout citoyen condamné définitivement, mais dans la vie « civile », pas dans un mandat électif leur permettant à nouveau de gérer l’argent public, afin d’éviter aux citoyens-contribuables d’avoir une « deuxième chance » de se faire gruger par les mêmes…

Il y a par ailleurs dans cet argument récurrent de la « deuxième chance » un lourd problème d’égalité républicaine. En effet, des Juges peuvent condamner des citoyens (comptables, fonctionnaires…) à ne plus exercer leur métier à vie, si c’est grâce à leur métier qu’ils ont commis un délit : c’est le cas du trafic d’influence. Or pour un trafic d’influence, un élu ne risque lui au maximum que 5 ans d’inéligibilité… Aucune « deuxième chance » pour certains citoyens condamnés, mais pour les élus, si ! Où est l’égalité républicaine devant la Justice que tant d’élus réclament avec vigueur dans leur affichage ? Nous sommes bien là dans une Justice à deux vitesses, dans laquelle les élus, faiseurs de lois, se sont auto-protégés, dans un principe majeur de conflit d’intérêt qu’ils ne sont capables de voir que chez les autres.

Nous souhaitons donc que cette motion salutaire soit extrêmement contagieuse sur tout notre territoire et dans tous les partis républicains, et vite : avant que la défiance des citoyens envers leurs élus n’amène l’abstention à des proportions étouffantes pour notre démocratie !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

DAOUDAL 24/06/2011 15:19


Excellent! J'espère que tous les partis républicains signeront cette charte et j'invite tous les électeurs à ne pas apporter leur voix à ceux qui refuseront de s'engager. Les électeurs sont
responsables, à eux de faire les choix des élus vertueux.
Cordialement.